South We Go
13Sep/101

Le syndrome du dodo

L'île Rodrigues à beaucoup a nous apprendre. Son histoire n'est pas très riches, les premiers hommes à y mettre un pied sont des portugais dans les années 1528, mais les bouleversements sur la faune et la flore généré par les migrations successives des hommes à de quoi nous faire réfléchir sur notre attitude sur terre.

En 1528 un portugais nommé Diego Rodrigues plaça pour la première fois la petite île de 18km de long sur une carte maritime. Par la suite, des hollandais y firent escales à plusieurs reprises jusqu'au passage de Francois Legat en 1685. Ce protestant persécuté par les Français devait initialement se rendre sur l'île de la Réunion mais fut débarqué sur Rodrigues sans en être informé. Il fut le premier à observer l'ile et à décrire sa faune et sa flore et fut entre autre impressionné par le nombre de tortue :

« il y a tant de tortues de terre sur cette isle que cous pouvez parfois en apercevoir jusqu'à deux ou trois milles d'un coup, on pourrait parcourir plus de cent pas sur leurs dos  ou plus précisément sur leurs carapaces sans poser pied a terre. Elles se rassemblent, le soir venue, dans des endroits obscures si près l'une de l'autre qu'on pourrait croire que le sol en est pavé »

Parc Francois Legat

Legat fut également le seul a observer et décrire la vie du Solitaire, oiseau cousin du Dodo de Maurice. Ces observations ainsi que celle de l'Abbé Pingré sont les seules descriptions de ces espèces disparues.

Dans un premier temps l'homme apporta des rats, involontairement cela va de soit. Pour chasser les rats il y apporta des chats, qui firent plus que leur travail, les Solitaires était finalement aussi bon que ces petits rongeurs. Enfin la chaire de tortue fut utilisée pour nourrir les marins de passage et sa graisse utilisée pour combatte le scorbuts. Résultat : plus de tortues, plus de solitaires.

Tout le monde connait bien le Dodo et sa triste disparition, Rodrigues à également fait les frais de l'arrivée de l'homme sur ses terres. Aujourd'hui les rodriguais ont pris conscience de la richesse biologique de l'île et a entamé un certain nombre de démarche pour préserver son environnement. La réserve François Legat cherche a repeupler l'île de tortues cousines de la défuntes tortues rodriguaises. Ces cousines de Madagascar et de … peuvent vivre plus de 100 ans. Le parc compte aujourd'hui plus de 1200 protégés.

Deux îles, l'île aux Cocos et l'île au sable sont des réserves naturelles pour les oiseaux. Là encore cette protection, certes tardive, porte ses fruits et ce sont plus de 45 000 espèces qui y résident lors des saisons des amours. Un jour peut être l'homme sera prêt a vivre a nouveau en harmonie avec ces espèces.

About Fred

Fred, de formation ingénieur, la trentaine, a décidé de quitter la capitale française et d'aller explorer l'autre hémisphère de la planète pour y récolter de bonnes idées applicables à notre mode de vie.
Filed under: Article, green Leave a comment
Comments (1) Trackbacks (0)
  1. Super les photos des tortues en gros plan!
    Par contre, les fautes d’ortographe dans le texte gachent un peu tout 😉


Leave a comment


No trackbacks yet.